Lettre ouverte à Monsieur Didier Limoges,

Partagez et diffusez

Hier, dimanche 28 Juin, vous avez été battu aux élections municipales lors du second tour à Moret Loing et Orvanne. Nous nous serions adressés aussitôt la campagne finie, à vous, que vous soyez resté « sortant » ou « sorti ».

Nous savons qu’une élection peut être rude et elle l’a été particulièrement dans la commune…Cela, à notre sens, ne justifie pas tous les moyens, n’ autorise pas tous les arguments pour « gagner » ou « ne pas perdre ».  Albert Camus disait qu’ être un homme c’est savoir se retenir (il parlait du pouvoir qu’on a).

Il n’est pas ici question de « refaire » cette campagne, mais revenir juste à un question qui nous tient à cœur : le Pacte « Face à l’Urgence Climatique » que nous avons proposé au cours de ces élections sur le territoire, (fondé sur le « Pacte Pour la Transition Ecologique et Citoyenne » porté par un collectif national).

Dans un tract distribué le dernier jour de la campagne, vous avez reproduit un fac-similé portant la signature de M. Dikran Zakeossian, pour dénoncer UN « engagement » selon vos dires et intolérable à vos yeux : « la création d’une Maison Pour Migrants ». Mais  vous en avez publié une partie seulement, en omettant le texte récapitulatif des engagements  qui était sur la même page.

L’engagement de M. Dikran Zakeossian sur cette question est d' »accueillir dignement les étrangers » qui renvoie pour mémoire à la mesure 26 ainsi formulée : « Créer des dispositifs publics de premier accueil, à dimension humaine et en lien avec les acteurs associatifs, où pourraient se rendre librement les personnes étrangères à leur arrivée sur le territoire, quel que soit leur statut.  » Mais  il n’ y a ni acteur associatif, ni candidat qui a fait à ce jour une telle demande sur MLO.

 Alors pourquoi aller jusqu’ aller à l’invention ?… Peut être avez voulu agiter un fantasme et alimenter une peur du migrant étranger ?… Vous avez pris le risque de servir les préjugés d’une extrême droite qui mène un combat contre les « droits de l’homme », et de cautionner une politique migratoire qui n’est pas l’honneur de notre pays.

Vous l’avez certainement lu, les 32 mesures du Pacte ne sont pas un « programme »; le programme est de la responsabilité des candidats et des élus. Et ces mesures ne sont pas à prendre à la lettre mais en situation. Ces mesures sont des exigences formulées par des citoyens engagés sur tous les terrains concernés par la catastrophe climatique dans un souci de solidarité, de justice sociale et d’égalité.

Vous n’avez pas signé, vous, ce Pacte, vous nous l’avez écrit, parce que vous êtes « pour une écologie partagée et réaliste et Non à une écologie idéologique » (dixit).

Qui est réaliste et qui est idéologique ?

Nous, nous sommes réalistes ; nous nous en tenons aux faits, aux travaux des scientifiques qui font consensus, aux rapports du GIEC et de l’ONU ! C’est parce que nous sommes réalistes que nous savons qu’il faut modifier nos modes de production et de consommation, et changer notre rapport aux autres terriens : nous humains, sommes partie prenante de tout le vivant, et le local et le global sont étroitement liés. Qui s’accroche à une idéologie qui vise à ne rien changer, qui concède qu’un peu de « vert » suffira à colmater le mur qui s’effondre ? Qui va chercher la peur de l’autre comme moteur du lien ?

Moret Loing et Orvanne, le 29 juin 2020

Pour le collectif « L’affaire du siècle ICI »
Jacques Ballon
Guy Blanès
Alain  Blant
laffairedusiecleici.org

Partagez et diffusez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *